Dr Pr. D’Agostino, MD, PhD

Clinique de la Main Bruxelles - Lasne

LOUISE +32 2 534 29 99 LASNE +32 2 653 11 11

Anesthésiste

Pour le déroulement optimal de votre intervention, le médecin "Anesthésiste-Réanimateur" et votre chirurgien travaillent en étroite collaboration et communiquent entre eux tous les éléments de votre dossier.

Le choix du type d'anesthésie sera fonction de l'acte prévu, de votre état de santé, du résultat des examens complémentaires éventuels et de votre préférence en discussion avec l'Anesthésiste.

Le terme "Anesthésie" signifie l'insensibilité aux douleurs provoquées par les actes médicaux ou chirurgicaux.

Il existe différents types d'anesthésie :

Anesthésiste QT

Effectuée par le chirurgien et réservée aux interventions courtes. Le produit anesthésique est injecté à proximité directe de la zone opérée. Le garrot mis en place au bras doit être supporté le temps de l'intervention (une dizaine de minutes environ).

Cette méthode présente de nombreux avantages (simplification de la procédure, absence d'effets secondaires, patient conscient pouvant signaler toute sensation anormale)

Permet, par différentes techniques, de n'endormir que la partie de votre corps sur laquelle se déroulera l'opération. Son principe est de bloquer les nerfs de cette région, par injection d'un produit anesthésique local à leur proximité.

L'injection peut être réalisée par voie endoveineuse (endo IV) à l'avant-bras, ou encore au contact des branches du plexus brachial (plexus) qui seront repérées sous échographie et à l'aide d'un stimulateur (neurostimulation) à la racine du membre (creux axillaire).

Le « réveil » du bras aura lieu en quelques heures pour un plexus et dans l'heure suivant la levée du garrot pour l'endo IV.

L'ALR et l'AL peuvent être couplés à une Sédation. Celle-ci consiste en une injection IV (petit cathéter installé à l'avant-bras) de médicaments anxiolytiques permettant d'induire un état de relaxation intense et d'assurer ainsi votre confort physique et psychique tout en facilitant la procédure chirurgicale.

Ces techniques présentent l'avantage d'éviter une anesthésie générale, et la sensation de réveil difficile qui lui fait parfois suite. Cependant, une anesthésie générale peut-être associée ou devenir nécessaire, notamment en cas d'insuffisance de l'ALR.

Etat comparable au sommeil, il est produit par l'administration de médicaments, par voie IV et/ou inhalée, à l'aide d'un dispositif approprié.

L'objectif principal est la suspension temporaire et réversible de la conscience et de la sensibilité douloureuse.

Si vous êtes de nature angoissé ou stressé, l'anesthésiste vous proposera en complément de votre AL ou ALR, une prémédication (calmant, déstressant).
L'équipe est particulièrement formée à ces différents types d'anesthésie. Dans la grande majorité des interventions, votre chirurgien en collaboration avec l'anesthésiste privilégie l'ALR ou l'AL.